Manuel d'écriture et de survie [Martin Page]

« L'art est un art de vivre et de combattre. N'oublie jamais ceci chère Daria : le monde est magique et nos pouvoir sont infinis. Il n'y a qu'une chose à faire des violences, des jalousies, des dégueulasseries, de tous les coups et des mensonges : les dévorer. C'est notre faim qui nous sauve.Sois généreuse et élégante, sois courageuse et rusée, grandis comme écrivaine et comme être humain.Nous serons toujours perdus et toujours perdants, mais nous avancerons avec l'ambition de conjuguer éthique de vie et ambition esthétique. Nous ne nous interdirons rien.Comme un compositeur peut imaginer des sonates, des valses, des symphonies, un écrivain peut s'autoriser à écrire des livres pour adultes, pour enfants, des séries télévisées, des films, des courts métrage, des pièces de théâtre, des essais de la poésie, des scénarios de jeux vidéos, des chansons, ou se produire sur scène avec un musicien. Nous nous réclamons de tout. La désobéissance est là : projeter nos désirs comme les huit bras d'une pieuvre, et dévorer le monde. »


Un deuxième livre de Martin Page : « Manuel d'écriture et de survie ».
Dans celui-ci, il échange des lettres avec une certaine Daria, autrice qu'on comprend débutante, qui essuie les galères, échecs et réussites avec ses œuvres littéraires et notamment son premier roman. Daria est une lectrice de Martin Page. Elle commence à lui envoyer des lettres pour lui faire part de ses difficultés et de ses ressentis, pour lui demander des conseils. De ces lettres va commencer une longue correspondance.
Tous les deux vont échanger sur tous les aspects de la littérature et de la condition d'écrivain-e. Des tas de questions seront posées : Pourquoi écrire ? Pour qui ? Comment s'en sortir dans un milieu porteur de fantasmes importants de la part de la majorité des gens ? Comment ne pas se laisser entraîner par ces stéréotypes qu'on plaque sur la condition d'auteur- e ? Comment choisir ce qu'on couchera sur la papier ? Beaucoup de thèmes y passent : la morale, le féminisme, la politique, la vie quotidienne...

Ce que j'ai aimé:
Sans prétendre donner des conseils universels sur le processus d'écriture et de publication, Martin Page livre, à partir de son expérience du métier, les réflexions qui l'ont fait avancer. 
On ne peut pas dire que ce soit vraiment une biographie. Le format épistolaire permet un va et vient entre l'auteur de l'extérieur. Je trouve ça bien plus dynamique que beaucoup de biographies. 
Ce qui m'a plu aussi, c'est qu' il ne se positionne jamais comme la personne qui a réussi et qui va guider quelqu'un d'autre. On sent bien que les questionnements de Daria le mettent parfois également en branle. On sent qu'il s'est posé de multiples fois les mêmes questions qu'elles et qu'il a tracé son chemin (un des chemins possibles) à partir de ça. On le sent grandir en même temps qu'elle. 
J'ai trouvé les propos échangés hyper sereins sur le boulot d'écriture, et l'énergie qui se dégage de cet échange pourrait donner de la motivation à n'importe quel-le auteur-e qui traverserait le désert.

J'ai vraiment aimé ce livre par dessus tout. Faut dire que c'est bien plus qu'un simple livre. C'est le genre de texte qui peut littéralement changer un truc dans ta vie, te faire prendre une décision, pour peu que t'aies des envies d'écrire quelque chose ou de publier.
Et si j'arrive un jour à terminer mon roman, je pense que je le devrai à ce bouquin-là.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

[Amos Oz] Soudain dans la forêt profonde

[Manon Labry] RIOTGRRRLS. Chronique d'une révolution punk féministe.

La nuit des enfants rois [Bernard Lenteric]