[G. Willow Wilson / Adrian Alphona - Marvel Comics] Miss Marvel

 "C'est comme avoir un nouveau sens. Ce n'est pas la vue, ni le goût, ni le toucher. C'est quelque chose de bien plus étrange. De presque inhumain. Mais être une autre n'est pas libérateur. C'est épuisant. J'ai toujours cru qu'avec une belle crinière, des cuissardes et le pouvoir de voler, je me sentirais forte, je serais heureuse. Mais j'ai les cheveux dans les yeux, les bottes serrent et le justaucorps me rentre dans les fesses."

Bon, il est temps que je te parle un peu de comics. Je ne suis pas vraiment une lectrice de BD à la base. Je ne me suis d'ailleurs intéressée aux comics que très récemment. Il y a un peu plus d'un an, j'ai vu « suicide squad », et, loin d'avoir été fascinée par le film, j'avais plutôt aimé la bande annonce et surtout Harley Quinn (à peu près le seul intérêt de ce film, bien que très mal adaptée finalement), dont je te reparlerai.
Au final, j'ai découvert l'univers immense des comics, peuplé d'héroïnes féminines toutes aussi atypiques les unes que les autres. Et depuis, je frétille d'impatience dès que je finis l'épisode d'une série, dès que je sais qu'un nouveau numéro est sorti, dès que je passe la porte de mon magasin de BD et que je vais direct tout au fond pour scruter les nouveautés. Bref, il y a largement de la meuf badass à tous les étages. Et pour autant, toutes les individualités sont travaillées, elles ne se ressemblent pas le moins du monde les unes et les autres. Une psychologie soignée, un chemin de vie parfois énigmatique, parfois pas du tout, des ambitions multiples etc.. pas de quoi s'ennuyer. J'ajouerais, avant de commencer, que l'univers Marvel présente des personnalités beaucoup plus complexes que DC et moins stéréotypées (du côté des femmes surtout parce que pour le coup, je n'ai lu aucun comics centré sur un personnage masculin). Mais j'aurai l'occasion de revenir là-dessus.

Aujourd'hui, je vais te parler de la petite dernière dans ma bibliothèque, j'ai nommé Miss Marvel.
Il y a eu de nombreuses heroïnes historiques derrière ce pseudo (la dernière étant Carol Danvers, grande copine de Jessica Jones et membre des Avengers), celle dont je vais vous parler est Kamala Khan : une ado de 16 ans, d'origine pakistanaise et musulmane. J'insiste là-dessus parce que ça a son importance.
Kamala a un peu de mal à trouver sa place. C'est une ado racisée en Amérique, qui subit la loi des stéréotypes et aussi les aléas des l'adolescence concernant l'identité, l'acceptation du corps etc. …
Sa vie familiale semble plutôt ordinaire, pas de drames à l'horizon. Suite à l'exposition d'une partie de la ville à un brouillard bizarre, Kamala va se découvrir des pouvoirs magiques : la possibilité pour son corps de se transformer : grandir, rapetisser de manière homogène ou simplement par parties (immenses jambes pour courir, grandes mains pour avoir beaucoup de forces…). Belle métaphore du corps qui change de l'adolescence. On trouve quelques punchline d'une adolescente qui nous fait remarquer que les costumes de super héroïnes ne sont pas confortables et casse le mythe de la vengeresses super sexy.
Tout le premier numéro est consacré à la découverte de ce nouveau corps, à son acceptation et surtout sur la manière de le dompter pour en puiser de la force (c'est tellement trop beau). Kamala va devoir trouver le moyen de contrôler la manière dont son corps change car au début, elle n'en a aucune maîtrise. Grande admiratrice de Carol Danvers, elle commence par se changer en elle, de manière complètement incontrôlée. On comprend vite que c'est l'image de la super-héroïne à laquelle s'attendent les gens. Mais Kamala va chercher ensuite le moyen d'être elle-même.
La question de la religion, est plus ou moins abordée, j'attends de savoir comment elle sera traitée par la suite. On sent la volonté de sortir des stéréotypes, mais ça reste encore très léger, plutôt consensuel. Au tout début, une lycéenne lambda demande à la copine de Kamala si elle porte le voile parce qu'on l'a forcée à le faire, elle répond que non, que son père voudrait qu'elle l'enlève. Kamala ne porte pas le voile mais la religiosité est présente. Elle se réfère au Coran. On la voit à la mosquée, même si elle semble rester assez indépendante dans sa foi et sa manière de la pratiquer.

L'éditrice de Marvel, Sana Amanat dit s'être inspirée de sa propre enfance en tant qu'américaine de religion musulmane. Je ne sais pas si ça sera forcément un gage de réussite, mais un récit imaginé par une personne concernée, c'est toujours bien plus intéressant. Le personnage a ensuite été développée par la scénariste G. Willow Wilson à partir de 2013.

Un premier épisode donc très réussi, il n'y a plus qu'à attendre la suite, en espérant que ce récit ne soit pas qu'un moyen commercial pour drainer un lectorat plus important, et que Marvel permettra un peu de politiquement incorrect. Faut dire qu'avec un personnage secondaire, on prend assez peu de risques finalement. Si trop de polémiques ou pas assez de succès, on peut nexter facilement. En espérant donc que ce ne sera pas le cas.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

[Amos Oz] Soudain dans la forêt profonde

[Manon Labry] RIOTGRRRLS. Chronique d'une révolution punk féministe.

La nuit des enfants rois [Bernard Lenteric]